La Wallonie, terre d'accueil, de dynamisme, d'inventeurs, de créateurs.
Recommandez ce site à un ami !
  INFOS   NAVIGATION   TOUS NOS PRODUITS  

.
.
.
 
.
.
Wallon et fier de l'être !
Tu as plié la tête au cours de ces 50 dernières années. Il est temps de la redresser. 
Regarde ton passé et ta région. Les Flamands te traitent de "fainéant", 
les Hollandais décernent à tes villes le titre de villes les plus sales. 
Sinistrés par deux guerres et la perte de nos industries lourdes, d'accord,
mais voici ce qu'ils oublient ... 
Que de titres de gloire !
(Pour agrandir, cliquez sur l'image)
.
Le qualificatif de "fainéants" nous est attribué en conséquence de statistiques chomage très négatives.
Peut-être ne serait-il pas inutile, dans ces statistiques,
de voir quelle est la proportion des Wallons de souche et des Wallons récents !!!
-- Politiquement incorrect, mais il faut quand même bien appeler un chat, un chat! --
Par ailleurs, au cours des dernières décades, nous avons perdu ce qui faisait notre renommée :
industrie métallurgique, industrie verrière, industrie lainière, mines de charbon etc ...
Il a fallu tout reconstruire et ... nous reconstruisons avec succès.
Portail WALLONIE
.Qui sommes-nous ?

Pins wallon
"Wallon et fier de l'être"
2cms x 2 cms avec attache
----------
(Machine translation. 
The French text has priority).
Pines Walloon. 
"Wallon et fier de l'être"
2cms x 2 cms with fastener.
----------
(Automatische Vertaling. 
De Franse tekst is prioritair)
Dennen Waals. 
"Wallon et fier de l'être"
2cms x 2 cms met band.
----------
(Traduzione automatica. 
Il testo francese è prioritario)
Pini vallone. 
"Wallon et fier de l'être"
2 cms x 2 cms con legame.
----------
(Maschinelle Übersetzung. 
Der französische Text ist vorrangig)
Pinien wallonisch. 
"Wallon et fier de l'être"
2cms x 2 cms mit Befestigung.
----------
(Traducción automática. 
El texto francés es prioritario)
Pinos valón. 
"Wallon et fier de l'être"
2 cms x 2 cms con lazo.
----------
(Tradução automática. 
O texto francês é prioritário)
Pinhos valóis. 
"Wallon et fier de l'être"
2 cms x 2 cms com laço.

 


.

.

.

.

.
.
.
.
.
.
?.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

..

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

La Wallonie (4.000.000 h.). 16844km2. Avec cette superficie et si elle était jointe à la France, elle constituerait, la 18ième région, après (dans l'ordre de superficie) : la Guyane (83534), Midi-pyrénées 45348, Rhône-Alpes 46398, Aquitaine 41308, région du centre 39151, Pays de Loire 32082, Bourgogne 31582, Paca 31400, Languedoc-Roussillon 27376, Bretagne 27208, Auvergne 26013, Poitou Charentes 25810, Champagne-Ardennes 25606, Lorraine 23547, Picardie 19399, Basse Normandie 17589, Limousin 16942 mais avant Franche-Comté16202, Nord-Pas de calais 12414, Haute Normandie 12317, Ile de France 12011, Corse 8680, Alsace 8280, La Réunion 2512, La Guadeloupe 1628, la Martinique 1128 et Mayotte 376. En nombre d'habitants elle se situerait en 5ième position.

  • Actuellement, l'une des trois régions de Belgique.

  • La Belgique à l'époque préromaine et romaine, comprenait des peuplades germaniques (au Nord) et gauloises (au Sud). 

  • Il existait une frontière linguistique, soit approximativement celle existant actuellement bien que située un peu plus au sud.

  • Les Belges n'étaient pas un peuple mais plutôt une association de peuplades.

  • La province belge, au temps des Romains, comprenait les villes suivantes : Reims, Senlis, Soissons, Beauvais, Amiens, Saint-Quentin, Arras, Bavay, Toul, Trèves, Metz et Tongres. La capitale en a été Reims et ensuite Trèves. De nombreuses routes, construites par les Romains, existent encore de nos jours et sont généralement appelées "Chaussée Romaine". Sous ces routes, ont peut retrouver les fondations romaines.

  • Dans les années 1600 la Wallonie était le pays le plus industrialisé d'Europe. 

  • La Principauté de Liège s'étendait jusqu'en France. C'est ainsi que très récemment encore (dans les années 1980), un panneau, à l'entrée de la localité de Vireux en France, rappelait que Liège avait fait don de cette localité à la France.

  • Ex-département français sous Napoléon. 

  • En 1900, la petite Belgique, dont la locomotive était la Wallonie, était la 3ième puissance économique mondiale.

  • Les guerres mondiales de 1914 et de 1940 ont commencé par l'invasion de la province de Liège et celle de 1940, par la prise du fort d'Eben-Emael.

  • Berceau de l'industrie métallurgique et sidérurgique (COCKERILL, PHENIX-WORKS, USINES A TUBES DE LA MEUSE, ARCELOR MITALS). Elle a notamment exporté son savoir-faire en Suède.

  • Berceau de l'industrie lainière (Verviers).

  • Berceau de l'industrie du cristal (le Val-Saint-Lambert).

  • Berceau de l'industrie des armes (la FN, Fabrique Nationale d'Armes de Guerre > reprise de Browning) de Herstal.

  • Berceau de l'industrie charbonnière.

  • Berceau de l'industrie automobile (la FN, SAROLEA, GILLET ...).

  • Berceau de l'Europe, dans le cadre de la Belgique et du BENELUX.

  • Jouxtant la France, l'Allemagne et l'Angleterre. A deux pas de Bruxelles, Paris, Londres, Cologne, Luxembourg, Maastricht ...

  • Un pays d'apparitions mariales : Beauraing en 1932 et Banneux en 1933.

  • Un pays de luttes et de conquêtes ouvrières. C'est notamment à Herstal qu'eut lieu la première grève féminine
    pour l'obtention de l'égalité des salaires entre les hommes et les femmes. Cette grève a été précédée d'une multitude  d'autres qui ont donné accès à une des législations sociales les meilleures au monde.

QUELQUES PERSONNAGES WALLONS
(ou Belges d'expression francophone ou nés en terre wallonne)

  • ADAMO Salvatore. Chanteur de réputation mondiale.

  • ARNAUD Chanteur

  • BORDET Jules. Immunologiste et biologiste.

  • BOVY Berthe, entrée en 1906 à la Comédie française.

  • BRANKART Jean. Second du tour de France en 1955.

  • CAILLIAU Robert, né à Tongres le 26/1/1947, co-fondateur du Web

  • CASTERMAN éditions > Tintin, Alix, Le chat ...

  • CHARLEMAGNE fils de PEPIN LE  BREF (né à Jupille Belgique).

  • CONSTANT LE MARIN plusieurs fois champion du monde de lutte

  • CORDY Annie. Chanteuse francophone.

  • COX Lionel. Médaille d'argent de tir aux jeux olympiques de Londres en 2012

  • CREMER Bruno (acteur)

  • CRIQUELION CLAUDY champion du monde cycliste sur route en 1984

  • DARCY Steve : un joueur de tennis qui monte.

  • DARDENNE (les frères). Cinéastes. (Plusieurs palmes d'or à Cannes).

  • DE FRANCE Cécile (actrice)

  • DE GERLACHE Famille d'explorateurs belges (arctique et antarctique)

  • DEJENEFFE MICHEL, ventiloque liégeois eut beaucoup de succès avec sa marionnette TATAYET

  • DELVAUX Paul, peintre.

  • DEQUENNE Emilie. Actrice, née le 29/08/1981 à Beloeil

  • DELCOUR : sculpteur.

  • DELVAUX Paul. Peintre.

  • DEMOLDER Eugène. Peintre et écrivain.

  • DE MÉRICOURT Théroigne est, le 5 octobre 1789, à la tête des femmes qui se dirigent vers Versailles. Elle présenta les revendications du peuple,  à Marie-Antoinette et la dévisagera avec mépris.

  • DESTRÉE Jules. Tribun socialiste

  • DEVOS Raymond. Humoriste. Né à Mouscron. 09/11/1922 - 15/06/2006

  • DRAGONE Franco. Concepteur de spectacles (Céline Dion etc ...).

  • DUMONT (Henry de Thier, dit) Compositeur de Villers-l'Evêque , maître de musique de la reine (163.)

  • DUPUIS éditions > SPIROU ...

  • EMPAIN Edouard, créateur du métro de Paris, des tramways du Caire ...

  • FABIAN Lara. Chanteuse.

  • FOCCROULE Bernard

  • FOURCAULT Emile. Inventeur de l'étirage du verre qui a permis la fabrication industrielle du verre plat.

  • FOURNIER François-Joseph. Un héro des temps modernes. (propriétaire de l'île de Porquerolle)

  • FRANCK César. Musicien et compositeur.

  • FRANÇOIS Frédéric, italo-liégeois, chanteur (+ de 85 disques d'or et + de 15 vidéos/DVD d'or)

  • FRANQUIN André : dessinateur de bandes dessinées > Spirou, Gaston Lagaffe, Marsupilami

  • FRÈRES TALOCHE (les) Fantaisistes

  • GENDEBIEN OLIVIER. Vainqueur des 24H00 du Mans, en 1958, 1961 et 1962.

  • GILBERT Philippe : vainqueur pour la deuxième fois, en cyclisme, du circuit HET VOLK. Vainqueur de Paris-Tour 2008. Champion du monde cycliste sur route en 2012.

  • GILLAIN Marie, actrice

  • GODEFROID de BOUILLON l'un des chefs de la première croisade.

  • GOURMET Olivier. Acteur.

  • GRAMME Zénobe : inventeur de la dynamo industrielle.

  • GREISCH René Bureau d'étude liégeois. Technique du poussage du tablier du viaduc de Millau en France

  • GRETRY : compositeur.

  • GREVISSE Marcel. Grammairien.

  • GRUMIAUX Arthur. Violoniste virtuose.

  • HALLIDAY Johny de son vrai nom Jean-Philippe Smet.

  • HENIN Justine : ex. n° 1 du tennis féminin.

  • HERGÉ : créateur de TINTIN (Bruxellois francophone) (1907-1983)

  • HUSTIN Albert inventeur de la méthode de conservation du sang.

  • ICKX Jacquy. Coureur automobile. Plusieurs fois vainqueur des 24 heures du Mans et en formule 1.

  • JASPAR Bobby. Musicien de jazz.

  • JENATZY qui franchi le premier les 100 kms/heure au volant de sa voiture électrique "LA JAMAIS CONTENTE"

  • JOBÉ Georges : 5 fois champion du monde de motocross

  • KIM Sandra (CALDARONE) italo-liégeoise, remporte l'EUROVISION en 1986.

  • LAMBOT Firmin, vainqueur du tour de France 1919 et 1922

  • LEJEUNE EDY. Trois fois champion du monde en moto trial.

  • LEMAITRE Georges. Astrophysicien. (théorie du bing-bang)

  • LOUKA Paul. Chanteur, compositeur, interprète.

  • LUTGEN Jean-Pierre. Créateur des montres ICE WATCH

  • MAGRITTE : peintre.

  • MALHERBE André. Plusieurs fois champion du monde de motocross

  • MASSON Arthur (Toine culot, obèse ardennais)(Treignes=Trignolle) Comparable à Marcel Pagnol

  • MAURANNE. Chanteuse.

  • MERCKX Eddy. Considéré comme le plus grand coureur cycliste ayant existé.

  • MICHAUX Henry. Peintre et écrivain.

  • MICKAEL FRANK Chanteur

  • MINGELS Auguste. Deux fois champion du monde de motocross

  • MINUIT Pierre, racheta l'île de Manhattan aux indiens et créa la ville qui deviendra New-York. Originaire du Brabant wallon, il  donna à cette ville le nom de "Nouvelle Belgique" ainsi que l'atteste le tout premier sceau de la ville, le "sigillum Novi Belgii" . Cette appellation fut sans doute la toute première de la ville. Une stèle, sur l'île de Manhattan rappelle ce fait. C'est à tort que l'on attribue à Peter Stuyvesant le rôle de fondateur de cette ville. 

  • MORRIS : dessinateur de bandes dessinées > Lucky Lucke.

  • NAGELMAKERS Georges, né à Liège le 24/06/1845, fondateur des Wagons-Lits, de l'Orient-express, du Transsibérien

  • NICOLET Marcel. Astrophysicien.

  • OCKRENT Christine, journaliste. Deuxième femme à présenter, en France, le journal de 20H00.

  • PARKER Tony. Joueur de basket français, né d'un père américain et d'une mère néerlandaise, à Bruges.

  • PEYO : dessinateur de bandes dessinées > Les Schtroumpfs.

  • PIRE Dominique (père), prix Nobel de la paix en 1958 (né à Leffe). Le père du Bing Bang.

  • PELZER Jacques. Musicien de jazz mondialement connu.

  • PEPIN LE BREF (père de Charlemagne) né à Jupille, Belgique.

  • PIRETTE FRANÇOIS Fantaisiste

  • PLISNIER Charles remporte le prix Goncourt (1937)

  • POMPILIO Elvis. Célèbre modiste et chapelier liégeois.

  • RAHIER Gaston. Trois fois champion du monde de motocross.

  • RAPSAT Pierre. Chanteur.

  • REIFF Gaston, médaille d'or d'athlétisme

  • REINHARD Django. Guitariste. Né en Belgique.

  • RENIER Jérémie. Acteur.

  • RENNEQUIN SUALEM. Voir SUALEM

  • REINHARDT Django. Musicien de jazz. Né à Liberchies en Belgique.

  • ROBERT Joel. Plusieurs fois champion du monde de motocross.

  • ROGGE Jacques. Président du Comité olympique international.

  • ROPS Félicien. Peintre et graveur.

  • SAIVES Jean-Michel : ex. n° 1 du tennis de table.

  • SANDRA KIM chanteuse italo-belge, lauréate du concours EUROVISION en 1986.

  • SAX Adolphe : inventeur du saxophone.

  • SCIEUR Léon, vainqueur du tour de France 1921

  • SERVAIS Jean-Claude : dessinateur de bandes dessinées.

  • SIMENON Georges, né à Liège et considéré comme l'un des écrivains "américains" les plus prolifiques du XXme S.

  • SOEUR SOURIRE. En 1963 : succès mondial de ses chansons.

  • SOLVAY Ernest, capitaine d'industrie.

  • SPAAK Henri. Premier président de l'assemblée des Nations Unies. Un des pères fondateurs de l'Europe.

  • STEEMAN Stanislas, remporte en 1931 le grand prix du roman d'aventure à Paris

  • STROMAE Compositeur, chanteur, interprète.

  • SUALEM Rennequin. Constructeur de la machine de Marly, sous Louis XIV, machine qui approvisionne en eaux le château de Versailles.

  • THEROIGNE DE MERICOURT : à la tête des femmes qui ont envahi Versailles à la Révolution française

  • URBAN TRAD. Groupe musical. (Second à l'EUROVISION en 2003).

  • VANCAUWELAERT Didier (écrivain).

  • VANDAMME Jean-Claude. Acteur.

  • VERLAINE Paul (poète). Père né à Paliseul Belgique.

  • WALTHERY François : dessinateur de bandes dessinées > Natacha, Jacky et Célestin, Benoît Brisefer ...

  • WILL : dessinateur de bandes dessinées > Tif et Tondu.

  • YSAÿE Eugène. Musicien, compositeur et chef d'orchestre.

  • YOURCENAR Marguerite, première femme à entrer à l'Académie française.

SES VILLES, SITES ET LOCALITÉS

  • BANNEUX. Lieu d'apparitions mariales.

  • BASTOGNE : la bataille des Ardennes et le monument qui la commémore : le Mardasson.

  • BEAURAING Lieu d'apparitions mariales. (A noter que Lourdes se trouve au milieu d'une ligne droite reliant Beauraing à Fatima).

  • BINCHE, MALMEDY, STAVELOT + de nombreuses localités et leurs carnavals ancestraux.

  • BLEGNY mines (UNESCO).

  • BOUILLON et le château de Godefroid de Bouillon.

  • CANAL DU CENTRE : ascenseurs à bateaux (UNESCO).

  • CHARBONNAGES du Bois-du-Luc (UNESCO).

  • DINANT dont le plus illustre citoyen fut Adolphe SAX. Son pont fut défendu par le colonel Charles DE GAULLE en 1940 et sa population fut massacrée par les Allemands lors de la guerre 1914/1918.

  • CEROUX MOUSTY. Donjon de Moriensart.

  • EBEN-EMAEL et son fort qui a subi la première attaque allemande de la guerre 1940/1945.

  • FRANCORCHAMPS avec son circuit considéré comme l'un des plus beaux sinon le plus beau au monde.

  • LE GRAND HORNU. Ancien complexe industriel minier, témoin de la révolution industrielle (Mons).

  • LIEGE (plus que millénaire, le visiteur peut retrouver, sous la place St Lambert, des vestiges préhistoriques, romains, gallo-romains, moyenâgeux. 

  • LIERNU : vieux chêne remarquable.

  • MEUSE (la) et son écrin de 80 châteaux.

  • NAMUR et sa citadelle construite par VAUBAN.

  • ORVAL : abbaye.

  • RAMILLIES : tumulus de Hottomont.

  • SPIENNES : minières néolithiques de silex.

  • THONICOURT Château.

  • TOURNAI qui faillit être capitale de la France, si Clovis n'avait pas choisi PARIS à sa place.

  • TOURNAI : beffroi (UNESCO).

  • UNESCO.

  • VISÉ où l'on trouve la châsse de St Hadelin considérée sinon comme la plus ancienne, tout au moins comme l'une des plus anciennes au monde.

QUELQUES AUTRES INCIDENCES SUR LE MONDE

  • Les Wallons se sont aussi beaucoup impliqués dans la gestion du CONGO BELGE. 

  • Une colonie wallonne vit à la Nouvelle Orléans où elle continue à parler le wallon.

  • C'est un Wallon qui racheta Manhattan aux indiens. Une statue sur cette île commémore l'événement. C'est à tort qu'on attribue la création de New-York (New Holland) aux Hollandais et plus spécialement à Peter Stuyvesant.

SITUATION CONTEMPORAINE DE LA WALLONIE
Les 50 dernières années ont vu le déclin de la Wallonie par suite de la perte de ses charbonnages, de son industrie lainière et de son industrie métallurgique. Les nouveaux riches que sont les Flamands et les Hollandais nous regardent actuellement de haut et nous chargent de tous les maux du monde. Nous "serions" des fainéants et nos villes sont sales. Ils oublient  que nous avons subi de plein fouet les deux guerres mondiales et la perte de nos industries. Ils n'ont aucune idée également de ce que fut l'industrie dans le passé. Ils ne sont jamais passés dans un charbonnage ou un laminoir à chaud. Si cela avait été le cas, ils seraient beaucoup plus respectueux à notre égard. C'est facile de taper sur le dos d'un moribond. La rentabilité à outrance et l'exploitation de la classe ouvrière. Celle-ci a dû vivre dans une situation de pauvreté et de crasse indescriptible. Notre passé nous est un garant pour l'avenir. La plupart des Wallons n'ont rien à envier ni à la Flandre ni à la Hollande en ce qui concerne la capacité de travail. Une partie de la population est évidemment marginalisée. Mais revenez nous voir dans une dizaine d'années. On en reparlera. Tous les indicateurs, au rouge depuis 50 ans, passent au vert. De grands groupes ne s'y sont pas trompés et notamment GOOGLE qui vient s'installer chez nous. En discussion actuellement : l'installation de MICROSOFT (2007).

QUAND LA WALLONIE ÉTAIT UNE TERRE PROMISE (Pascal Verbeken)
(Le Vif/L'express du 29 janvier 2010, pages 48 et 49)

- On a du mal à s'imaginer. A l'aube du XXe siècle, la Belgique est la 3ième puissance économique mondiale. Le pays doit son rang à la florissante industrie wallonne du charbon, du verre et de l'acier. Le sillon Haine-Sambre-Meuse-Vesdre se développe à toute vitesse. La Louvière et Courcelles sont des villes-champignons grouillantes, qui sortent de terre en quelques années. La Wallonie ressemble à une sorte de Far West, où le charbon remplace le pétrole. Une terre promise, où rien ne semble capable d'enrayer le progrès social et les avancées technologiques.
- A quelques dizaines de kilomètres de Liège ou Charleroi s'étale une Flandre paysanne, misérable. Où les hommes, les femmes et les enfants crèvent de faim. Pour beaucoup, le seul espoir d'une vie plus digne réside dans l'émigration, le plus souvent vers la riche Wallonie. Des pans entiers du territoire flamand se dépeuplent. Rillaar, près d'Aarschot, devient "Het dorp der blinden", le village des volets : à la belle saison, la quasi-totalité des habitants s'en va travailler dans les champs wallons et les volets des maisons restent clos. Le village ne reprend vie qu'en hiver. En d'autres lieux, les gens partent définitivement. Au total, 500.000 Flamands auraient abandonné leur maison pour s'établir en Wallonie.

UNE HISTOIRE OUBLIÉE

- C'est cette histoire oubliée que ressuscite La terre promise, un livre émouvant du journaliste gantois Pascal Verbeken, à partir duquel le sénateur Luckas Vander Taelen (Groen) a réalisé un documentaire, qui sera prochainement diffusé sur la RTBF. Jusqu'ici, curieusement, l'exode massif des ouvriers flamands n'avait pas intéressé grand monde. Aucune étude globale n'existe sur le sujet. Tout indique que cette histoire est devenue gênante, tant pour les Flamands que pour les Wallons. La Flandre préfère tourner le dos à son passé : l'émigration forcée de milliers de pauvres hères contredit le marketing triomphaliste d'une région pour qui seule compte désormais la prospérité. La Wallonie, elle, n'aime pas se souvenir de la part de Flandre qui vit en elle. Elle préfère mettre en avant sa tolérance; elle insiste sur l'inexistence de l'extrême droite locale, oubliant que les ouvriers flamands ont été la cible des moqueries, et que leur intégration n'a rien eu d'une partie de plaisir.
- "Mes grands-parents provenaient des environs de Grammont, raconte Pascal Verbeken. Ils ont quitté leur terre natale pour trouver du travail dans les faubourgs industriels de Gand. Mais la plupart des autres habitants de la région sont parties pour La Louvière. J'aurais pu être un Wallon, au fond." Avec sa moto, il a traversé le Brabant wallon pour arriver à Charleroi, puis à Châtelet, Farciennes, Auvelais, La Louvière, Morlanwelz, Cuesmes, Quaregnon, Seraing, Flémalle ... Partout, il chercher les derniers témoins directs des vagues d'immigration flamande, scrute les vestiges que celle-ci a laissés en Wallonie. En contrepoint, Pascal Verbeken se réfère abondamment à Auguste De Winne, qui a effectué le même reportage que lui, un siècle plus tôt, mais en sens inverse. D'abord publié en feuilleton dans le journal Le Peuple, puis paru sous forme de livre en 1902, A travers les Flandres est le récit d'un voyage désespérant : lui-même fils d'un Flamand de Ninove forcé d'émigrer à Bruxelles, Auguste De Winne qui sera après la première guerre mondiale l'une des grandes figures du socialismes belge, y décrit avec effroi une Flandre qui agonise. Une sorte d'Irlande sur le continent.
- L'émigration flamande vers les bassins industriels wallons durera jusqu'au début des années 1950. (Note de J.R. "Je me souviens, même plus tard, càd fin des années 1950, la longue procession des autobus, qui, vers 5 heures du matin, descendait de Flandre pour amener son lot de travailleurs vers l'industrie liégeoise".) Ensuite, tout change. Les multinationales s'installent en Flandre, tandis qu'au même moment le déclin de la Wallonie s'accélère. En 1967, la Constitution belge est - enfin - officiellement traduite en néerlandais. La même année, pour la première fois, le produit intérieur brut de la Flandre dépasse celui de la Wallonie. La Terre promise est aussi un livre sur la roue qui tourne.

IRONIE DE L'HISTOIRE

- Récit écrit à hauteur d'homme, à la fois road-movie à la Kerouac, investigation journalistique, monologue intérieur, réflexion sur la justice et la solidarité, La Terre promise est un objet littéraire hybride. Si on devait le rapprocher d'un livre récent, on penserait à Gomorra, plongée dans la Mafia napolitaine décrite par le journaliste italien Roberto Saviano. Comme dans Gomorra, on est frappé par le jusqu'au-boutisme de la démarche. Pascal Verbeken veut voir, veut savoir, il ne lâche rien. Les deux livres trouvent des échos inattendus. Comme lorsque Pascal Verbeken constate, à son arrivée dans le Borinage, "une napolisation évidente" : "Ici aussi, la xénophobie menace".

UNE HISTOIRE GÊNANTE POUR LES FLAMANDS

- Très politique, pour qui lit entre les lignes, Pascal Verbeken fait preuve du même mordant à l'égard d'une Flandre repliée sur elle-même qu'envers une Wallonie incapable de vaincre ses vieux démons, clientélisme et autres. Il évoque le parcours de Jean-Claude Van Cauwenberghe, ex-ministre-président wallon, arrière-petit-fils d'un mineur flamand. Il rencontre longuement Gaston Onkelinx : le père de Laurette, ancien bourgmestre de Seraing, a quitté son Limbourg natal pour s'installer à Ougrée en 1953. Sa famille tenait un café en face des usines Cockerill. "C'est inimaginable mais, il y a cinquante ans, Seraing était riche", se souvient Gaston Onkelinx, dépité. La mélancolie est omniprésente dans La Terre promise. A tel point qu'on ne peut s'empêcher de juger partielle, "exotisante", voire un tantinet misérabiliste, la description de la Wallonie de Pascal Verbeken. "Je peins la réalité, mais toujours avec respect se défend Pascal Verbeken. Il n'y a pas un chômeur, pas un marginal, dans ce livre ! Mais les quartiers où ces 500.000 Flamands se sont installés, ce sont aujourd'hui les plus misérables et les plus déshérités de Wallonie. C'est ça, la grande ironie de cette histoire !" Le documentaire tiré de La Terre promise montre les images d'une action choc de la N-VA en 2005 : histoire de dénoncer les transferts Nord-Sud, des camions avaient déversé des liasses de faux billets au pied des ascenseurs de Strépy-Thieu. Quelle ironie, là aussi, de voir les militants nationalistes agiter leurs drapeaux jaune et noir, au beau milieu de cette région du Centre où tant de Flamands sont venus chercher une vie meilleure.
- Enfin, La Terre promise ébauche une réflexion originale sur l'identité belge. Pascal Verbeken confie qu'il a parfois été heurté, au cours de ses pérégrinations wallonnes, par la pauvreté qui sévit dans certains anciens bastions industriels, mais qu'il ne s'y est jamais senti dépaysé. "Je crois qu'il existe quelque chose comme un décor belge : les maisons en briques rouges, les murs en béton, les petits jardins familiaux. On ne retrouve ça ni en Allemagne, ni aux Pays-Bas, ni en France, sauf autour de Lille. Quand je suis arrivé à Marcinelle, je me suis dit : tiens, ça ressemble à Ledeberg, un quartier populaire de Gand. Les médias pointent toujours les différences entre la Flandre et la Wallonie. Mais les correspondances existent aussi! Nous avons un passé commun, notamment en raison de toute cette histoire de migration." (François Brabant).

(Note R.J. : à ne pas confondre : les Wallons ne sont pas la Wallonie et les Flamands ne sont pas la Flandre. C'est ainsi que, jusque dans les années 1950, les Wallons étaient pour leur grande majorité de "pauvres gens". Dans la campagne wallonne, il n'y avait ni eau courante, ni électricité, ni raccordement à l'égout. Les Wallons n'avaient recours au médecin qu'en toute dernière extrémité. Jusque 1936 il n'y avait aucune sécurité sociale et celle-ci ne s'est finalement imposée qu'à partir de 1945. Les ouvriers étaient à la merci des patrons, qui, pour un oui ou pour un non, pouvaient les licencier sur le champ dans devoir justifier de quelque motif que ce soit. Les ouvriers wallons comme les ouvriers flamands "crevaient" dans les industries. Le travail, notamment  dans les charbonnages et dans l'industrie métallurgique relevait plutôt de prestations en enfer que dans une entreprise comme celles que nous connaissons aujourd'hui. Il faut donc tempérer tous les textes qui sont en rapport avec des pays et des régions. On devrait plutôt parler de capitalisme wallon et de capitalisme flamand, au lieu de la Wallonie et de la Flandre. ET, supervisant le tout, les différents pouvoirs en place et notamment le pouvoir politique.  Pouvoir politique issu des classes dirigeantes et possédantes autrement dit du capitalisme. En fait, dans une Wallonie "riche", la grande majorité de la population "crevait" à côté d'immigrés flamands, pour la plus grande satisfaction du capitalisme belge. Les Flamands et les Wallons ont finalement ceci en commun, qu'ils ont été exploités par le capitalisme belge. Cette immigration flamande s'est poursuivie par celles des Italiens, des Turcs, des Marocains etc ... jusqu'à la dégingrolade de ces industries.)